A propos

Je pratique le Yoga depuis 2010. ça a commencé à Montréal où j'ai vécu 5 ans. Forcément, on ne pouvait pas ne pas se sentir concerné par le Yoga à Montréal en 2010. La mode avait prise comme à New York et les studios drainant leur population branchée ou amatrice de nouveautés fleurissaient sur le plateau. ça allait plus loin que ça. Les écoles primaires s'y sont mises aussi et ont convié les parents à se joindre aux enfants.
Je vivais en couple à l'époque avec une jeune femme qui avait deux filles de 5 et 6 ans et j'ai donc fait ma première séance de Yoga dans une école primaire de Montréal dans le quartier d'Anjou. L'expérience me plut et je commençais à me confectionner une petite routine de quelques postures trouvées sur Internet en tapant "Yoga" sur Google.

A l'époque, j'avais beaucoup de surpoids. Mon activité d'informaticien, stressante, avec de très longues journées, des nuits parfois, à travailler, ne m'aidait pas à maigrir ni à faire du sport. Ma santé commençait à se dégrader depuis des années déjà et la première grosse alerte fut donnée par mes ménisques. Celui du genou droit commença à me faire sérieusement souffrir, provoquant des difficultés à marcher, puis finit par me bloquer complètement la jambe.

Je finis par être obligé d'aller chez le médecin qui me précrivit un kyné. Celui-ci me dit que c'était sérieux et qu'il envisageait l'opération pour me retirer tout ou une partie du ménisque.
Il me prescrivit cependant une série d'exercices. Autant je peux être négligeant pour aller chez le dentiste ou chez le médecin quand il le faudrait, autant je suis prêt à me battre intensément quand je suis confronté à l'urgence d'une situation médicale, ce qui est souvent le cas vu ma réticence à consulter.
Je commençai donc à faire assidûment les exercices prescrits par le kyné et j'en vins à constater qu'ils consistaient essentiellement en des séries d'hyper flexions et extensions des jambes qui étaient providentiellement présentes dans ma routine de Yoga.
C'est comme ça que je me suis mis à faire du Yoga assidûment.

Quelques semaines plus tard, mes ménisques étaient complètement guéris. Je n'ai jamais plus eu aucun problèmes depuis 2010 bien qu'ayant fait des activités exigeantes pour les genoux, jogging, randonnées, danse afro cubaines. Bref, je fus convaincu par les vertus curatives du Yoga et j'ai eu bien d'autres preuves de cela par la suite en continuant dans ma pratique.

2010, Montréal, c'est aussi le moment où le livre d'Elizabeth Guilbert reprend du succès. Dans le métro je suis intrigué par cette curieuse couverture à la fois très sobre et multicolore et ce titre "Eat Pray Love". Presque tous les jours, cette année là, je croise qulqu'un dans le métro de Montréal en train de lire ce livre.
Je finis par acheter ce livre, en français et en anglais. Au début je suis assez mitigé. Il y a parfois chez cette américaine, quelque chose de gênant dans son approche consumériste de la spiritualité. On a parfois l'impression qu'elle fait du tourisme spirituel comme d'autres font du sexuel. ça transparaît beaucoup dans le partie se déroulant en Inde où elle veut coûte que coûte connaître une illumination. Cette recherche de l’illumination comme une sensation forte comparable à celle, par exemple, du parapente ou du saut à l'élastique de la part de cette touriste américaine en Inde est un peu limite. On a l'impression qu'elle s'est offert un voyage en Inde avec pour but de vivre des expériences spirituelles fortes et qu'elle en veut pour son argent.
J'ai, par la suite, beaucoup aimé le film avec Julia Roberts que je revois régulièrement et le rêve de voyage à Bali pour le Yoga a commencé à faire son chemin.

De retour à Paris en 2013 je me suis mis sérieusement au Yoga en 2016. Je suis allé prendre des cours dans un studio parisien. J'ai commencé à prendre conscience des différents styles. L'Ashtanga m'a tout de suite plu. Plus dynamique, plus sportif et j'ai aimé aussi la personnalité de Sri K. Pattabhi Jois. J'ai bien vite abandonné les cours dans ce studio parisien car j'avais l'impression de ne pas apprendre assez vite et ai commencé à apprendre le Yoga grâce à Internet.
On trouve des cours de qualité donnés par des profs de très haut niveau par exemple sur Youtube, et sur Instagram j'ai trouvé des trucs géniaux montrés par des pratiquants pour parvenir à tenir les postures complexes en équilibre sur les mains.

En février 2017, j'ai ouvert un compte Instagram dans le but d'en faire une espèce de mosaïque me donnant un feed back sur ma vie, mosaic_madala
J'y ai mêlé, photos de plats végétariens, sentences et aphorismes de sensibilités Hindouistes, photos d'endroits m'ayant marqué et dessins, dont dessins de Yogi nus.
De fil en aiguille beaucoup de Yogis très avancés se sont abonnés à mon compte et j'ai fait de même. Je me suis aperçu en visionnant leurs photos que beaucoup allait en pèlerinage Yoga à Bali, que certains même y vivaient. Les photos étaient souvent paradisiaques, idylliques, et m'ont donné de plus en plus envie de vivre moi aussi mon expérience Yoga à Bali.

La pratique d'un sport, d'une discipline est souvent sujette à variation pour les occidentaux que nous sommes avec nos vies stressantes, nos exigences professionnelles et sociales, nos stimuli de toutes sortes, sorties, divertissements, spectacles...
Ma pratique du Yoga n'était pas toujours très régulière ces derniers mois. La rencontre d'un confrère qui fait beaucoup de Yoga depuis des années a changé les choses. Je me suis remotivé et ai commencé à m'astreindre à au moins une séance quotidienne d'Ashtanga, parfois deux. J'ai commencé à me lever à 6 heures du matin pour faire une séance de 3/4 d'heures tous les matins. Parfois je somnolais au début de ma séance et je faisais mes postures comme un somnanbule, mais je m'accrochais, je tenais bon.
La difficulté à me motiver chaque jour s'est transformé assez vite en une envie de pratiquer même quand j'étais épuisé tant j'ai ressenti de bienfaits de toutes sortes à pratiquer régulièrement.

Chaque année pendant les fêtes de fin d'années je fuis la France, l'agitation et les excès symptomatiques de cette période de l'année. L'année dernière c'était la Thaïlande. Déjà, ça m'avait plus énormément et l'Indonésie est assez similaire. J'avais déjà eu la chance, d'ailleurs, d'aller à Singapour quelques années auparavant et j'avais beaucoup aimé.
Cette année, j'avais bien travaillé, ma situation professionnelle était au beau fixe et ma pratique du Yoga s'améliorait de jour en jour. Pour me récompenser et me donner une motivation supplémentaire dans la pratique quotidienne du Yoga, cette année, c'était dit, pendant les fêtes, ça serait Yoga à Bali !

Je reviens de Bali où j'ai passé une douzaine de jour de pratique formidable. Je me suis remis dans l'idée de pratiquer dans des studio parisiens, mais, cette fois-ci de bien les choisir et de trouver des cours et des professeurs de qualité.
J'ai ouvert ce blog pour partager mon expérience du voyage à Bali, et d'autres Yoga trips qui viendront, à Bali (car j'y retournerai) ou ailleurs. Le blog est aussi destiné à partager mon expérience des cours de Yoga à Paris. Je posterai aussi quelques articles de fond sur les différents styles de Yoga car j'ai la chance en tant que pratiquant de ne pas être attaché à un seul style de Yoga comme sont parfois obligés de l'être les professeurs de Yoga.

Namaste !

Comments

Popular posts from this blog

Organisez votre propre retraite de Yoga à Bali

Yoga à Bali - Arrivée à North Kuta

10 conseils pour un voyage à Bali